lundi 20 février 2012

Du lu ailleurs

... des parallèles poétiques :

Cimetière

Mes gencives nues claquent 
Sur un sandwich au vent
Trop d'hivers dans le sang
Et de misères en sac

Sur un épais carton
Je tremblote mes nuits
Et y cogne ma vie
A grands coups de canon

A l'ombre d'une bière
Les fossoyeurs s'agacent
Au son des dents qui cassent
Sur un gâteau de pierre

Xavier Le Floch - Revue Gros Textes, arts et résistances n°4 - novembre 2011



Moins

froid pince
froid pique froid mord

la même peau d'homme

dedans dehors

la même chair d'homme

dedans dehors

froid endort
froid tue

dehors dehors

                      
                      février 2012


Jacques Morin - extrait de ses Circonstancielles - site de la revue Décharge


+

Laide étoile


Froidure,
gelure,

carton
béton,

dessous
un sans-le-sou :

oui, c'est souvent là,
à la laide étoile
qu'elle mirlitonne fort,
la mort.


1er décembre 2010.

            
Morgan Riet



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire