lundi 25 juin 2012

Edito du n°9






 Photo de couverture - Rocher à la pointe du Grouin - par Philippe Simon




Réenchantons les mots

  Ah, ils en ont usé, abusé, des mots, pendant ces mois de campagne électorale ! Changement, maintenant, France, forte, frontières, valeurs, travail, nation, impôts, finance, calomniateur grand ou petit... Assez !
Les mots sont fragiles : à force de les crier, de les jeter dans des souffles d'invective, de les tordre dans des bouches plus ou moins bien intentionnées, ils perdent leur saveur, leurs odeurs, leurs valeurs, leur sens. Oui, leur vrai sens. Celui que nous leur accordons, celui qui permet de nous comprendre, de vivre ensemble, de se reconnaître en êtres humains.
  De grâce, respectons nos mots. Ils nous sont tous aussi indispensables que l'air que nous respirons, que l'eau que nous buvons, que la viande ou le fruit que nous mangeons, que l'amour dont nous nous aimons...
  Ils nous sont essentiels à la condition qu'ils restent le plus pur possibles, qu'ils soient francs, qu'ils soient encore mots d'hommes et de femmes. Non aux mots industriels, élevés en batterie, vendus à vil prix sous toutes les formes : frais, congelés, entiers, en morceaux, sous cellophane.
  Les mots sont notre seule chance de survivre. Nous le savons, nous qui écrivons. Alors, faisons la promesse, au moins ici, entre nous, de tourner sept fois notre plume dans nos mains avant d'écrire. Essayons de chasser tous les mots qui, malgré nous, sifflent comme des balles, portent en germes la bête immonde...
  Réenchantons le rêve des mots.

                                                                  Philippe Simon



2 commentaires:

  1. et pourtant Jean Tardieu disait

    //Il faut se méfier des mots. Ils sont toujours trop beaux, trop rutilants et leur rythme vous entraîne, prêt à vous faire prendre un murmure pour une pensée.

    Il faut tirer sur le mors sans cesse, de peur que ces trop bouillants coursiers ne s’emballent.

    J’ai longtemps cherché les mots les plus simples, les plus usés, même les plus plats. Mais ce n’est pas encore cela : c’est leur juste assemblage qui compte.

    Quinconque saurait le secret usage des mots de tous les jours aurait un pouvoir illimité, – et il ferait peur.//

    J'aime beaucoup votre formule

    "réenchantons les mots "
    tous les mots
    et aimons les comme le dit si simplement le poète Eznogood

    http://blog.poetic.fr/?q=j%27aime+les+mots

    J'aime les mots
    Les bons,
    Les bas,
    Les gros .

    J'aime les mots
    D'ordre,
    A demi,
    De travers, pas trop.

    J'aime les mots
    A mots,
    D'esprit,
    Ou bien de passe.

    J'aime les mots
    Mangés
    A moitié,
    Et du couvert, la trace.

    J'aime les mots
    Les doux,
    D'amour , pas un
    Plus haut que l'autre.

    J'aime les mots
    En deux
    Composés et
    Qu'on souffle sans faute.

    J'aime les mots
    Les grands,
    Pas mâchés
    Qu'on ôte de ma bouche.

    J'aime les mots
    Qu'on prend,
    Qu'on se donne,
    Qu'on touche.

    J'aime les mots
    Croisés.
    Le tout premier, le clé
    Et de l'histoire, le fin.

    J'aime les mots
    En jeu,
    Le plus long,
    De la fin.

    J'aime les mots
    D'excuse,
    De tous les jours
    Et surtout, va sans dire.

    J'aime le mot
    Choisi
    Qui ne dit, mais
    Consent, pour finir.

    A être le dernier
    Mon préféré...,
    Le juste,
    Pour rire.//


    un menu appétissant...

    RépondreSupprimer
  2. "c'est leur juste assemblage qui compte" Jean Tardieu dit là l'essentiel.
    Merci pour le poème partagé, chère Nouille Martienne ! ;)

    RépondreSupprimer