dimanche 16 septembre 2012

Edito du n°10

 
   Couverture : pastel de Chantal Godé-Victor

 

Jongleur de mots


C'est un matin au bord de la mer, il n'y avait personne autour de moi. J'écoutais le silence et les vagues, lorsque mon chien, soudain, s'est mis à aboyer. Alors j'ai vu, à six pas de moi, figure étrange, un clown blanc, visage poudré et yeux fardés, qui jonglait.
Face à mon regard étonné, il a dit :
Bien le bonjour ! Non, vous ne rêvez pas. Je suis bien là, en chair et en os, j'ai l'air d'un clown mais ne vous y fiez pas, je suis jongleur, écoutez-moi :
J'ai fait le tour de la terre, j'en ai vu des lieux et des gens, des pays hospitaliers et des contrées austères, des villages blottis au creux de hautes montagnes, des villes grouillantes, emplies de gens tellement pressés qu'ils en oublient de regarder le ciel et d'écouter le bruit que fait le vent. Ah ! si vous saviez combien de fois j'ai vu l'opulence côtoyer impudemment la misère, la sérénité affronter la peur, la douceur bannie par la guerre, combien de fois j'ai vu des yeux attendris, des cris, des pleurs, des tyrannies. Lorsque j'ai vu la joie, j'ai vu aussi l'horreur. Et je peux dire qu'entre le pire et le meilleur, notre monde est en équilibre sur un fil.
J'aurais dû être funambule mais le vieux m'a fait jongleur. C'est difficile, je m'y suis fait.
Vous voyez ces balles n'est-ce pas ? Ne vous y fiez pas. Ce sont des mots, des dizaines, des centaines, des milliers de mots. Des bons mots pour rire, des mots bons pour consoler, des mots magiques pour trier le bon grain de l'ivraie, des mots nouveaux pour dire le vrai contre le faux et réparer les injustices, des mots d'amour et d'amitié pour ouvrir l'âme au coeur et conjurer les mauvais esprits. Des mots qui transcendent l'espace et le temps et éternisent le printemps...
Le clown blanc a parlé ainsi un moment, et avant que j'aie pu, moi-même, dire un mot, il avait disparu.

Ami lecteur, je vous souhaite un bon voyage au fil des mots de ce dixième numéro de jonglerie. Il ne tient qu'à vous pour que s'ouvrent les portes des lieux où les jongleurs de mots oeuvrent pour un peu d'humanité. Modestement.

                                                Chantal Godé-Victor



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire