lundi 25 juin 2012

Edito du n°9






 Photo de couverture - Rocher à la pointe du Grouin - par Philippe Simon




Réenchantons les mots

  Ah, ils en ont usé, abusé, des mots, pendant ces mois de campagne électorale ! Changement, maintenant, France, forte, frontières, valeurs, travail, nation, impôts, finance, calomniateur grand ou petit... Assez !
Les mots sont fragiles : à force de les crier, de les jeter dans des souffles d'invective, de les tordre dans des bouches plus ou moins bien intentionnées, ils perdent leur saveur, leurs odeurs, leurs valeurs, leur sens. Oui, leur vrai sens. Celui que nous leur accordons, celui qui permet de nous comprendre, de vivre ensemble, de se reconnaître en êtres humains.
  De grâce, respectons nos mots. Ils nous sont tous aussi indispensables que l'air que nous respirons, que l'eau que nous buvons, que la viande ou le fruit que nous mangeons, que l'amour dont nous nous aimons...
  Ils nous sont essentiels à la condition qu'ils restent le plus pur possibles, qu'ils soient francs, qu'ils soient encore mots d'hommes et de femmes. Non aux mots industriels, élevés en batterie, vendus à vil prix sous toutes les formes : frais, congelés, entiers, en morceaux, sous cellophane.
  Les mots sont notre seule chance de survivre. Nous le savons, nous qui écrivons. Alors, faisons la promesse, au moins ici, entre nous, de tourner sept fois notre plume dans nos mains avant d'écrire. Essayons de chasser tous les mots qui, malgré nous, sifflent comme des balles, portent en germes la bête immonde...
  Réenchantons le rêve des mots.

                                                                  Philippe Simon