samedi 26 janvier 2013

Edito du n°11


   Couverture : photo de Nouskarabelle



Poètes, à vos mots !

 

La vie ça va, ça vient, comment ça ?
En ce moment ça ne va pas si bien que ça !
Aux quatre coins du monde on nous dit la crise, la pauvreté, la guerre qui arrive...
Qui s'en rend compte ? Qui se souvient ?
Ceux qui lisent, ceux et celles qui lisent pour les autres.
Ceux qui pensent et qui écrivent, proches de la réalité et libres de leur fait.
Les poètes et leurs grandes ailes, les rêveurs et leurs grosses têtes pleines de trop de belles choses tristes ou joyeuses à la fois.
Soyons près de ces étranges êtres qui planent, comme on dit aujourd'hui, mais sans paradis artificiels. Pas besoin de tout ce fatras ; les paradis sont sur la terre des hommes et des femmes de bonne volonté. Pas besoin, la vie est belle, si courte, si bien faite !
Savoir la vivre, en faire un art, son art et son lard, voilà le rôle du poète.
Rimer crise et méprise, mépris et égalité, homo et hétéro, adoption et bonheur de donner, pédale et vélo, pédé et pas vénal, liberté avec fraternité... bonheur avec liberté.
On dirait que l'on peut tout recommencer... alors allons-y !
Frottons deux pierres et allumons le feu...
Alerte ! ça brûle ! Brindilles...
Mais non, ça réchauffe les coeurs et les mains des travailleurs, de ceux qui ont froid sans domicile, sans quoi que ce soit...
Alerte les poètes ! On vous appelle ! ça urge ! Il est temps !
Retrouvons-nous ensemble pour des jours meilleurs...
Levons-nous, luttons ensemble pour de quoi vivre, manger, boire, penser, donner, aimer...
Alerte ! Il est temps avant qu'il ne soit trop tard.
Poète, lève-toi et déclame tes tas de mots et tes tas d'idées...
Tu es libre, nous sommes libres, vous êtes libres...
Elles et ils seront tous libres un jour, les hommes !
Accroche-toi à ta plume, ton pinceau, ton crayon, ton stylo... ta parole, ton cri et tes mots.
Hurle, crie, murmure à l'oreille des tas de mots.

                     

                                                            Jean-Marie Cador


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire