jeudi 30 mai 2013

Quelque chose - David Lemaresquier et Morgan Riet


64 pages - 10 euros* (+ 2 de frais de port)



David LEMARESQUIER et Morgan RIET, nous livrent ici un recueil d'une grande richesse. Les  croisements d'images et de mots sont comme des reflets de l'âme, sincères, sensibles et justes. Au mot à mot le sens nous insinue du doute, page après page. Dans ces éclats de miroirs propulsés hors d'eux, à l'instant du tracé, les auteurs sont les visionnaires d'un réel. Lequel ?
Pour rire, on dit quelquefois que le chien en laisse promène son maître mais, ici, qui du mot ou de l'image promène l'autre ?
Chaque signe - iconographique ou alphabétique - dans cette partition à quatre mains indique le sens et le contraire de l'arbre, de la marée, du portrait. Comme si le contraire avait un souffle, voici des mots fragiles, posés là, par le Poète, voici les réponses imagées par l'Artiste.
Et vice et versa. Une sonate en quelque sorte.
"Quelque chose", comme si de rien n'était, bouleverse l'ordre de la perception : Morgan RIET s'affiche, aux limes du basculement, au seuil de l'irréel et son ami, David LEMARESQUIER, le suit dans son sillage.
Ils nous précèdent dans nos doutes : où en êtes-vous de vos mots ? Où en êtes-vous de vos images ?
David LEMARESQUIER postule une vision, un paysage perçu à l'orée du bois, à l'acmé du rêve, aux limbes de la perception, près de la flaque, dans le miroir. Morgan RIET pianote, déconstruit l'instant, la certitude du moment.
Dans les hésitations, le poète et l'artiste, confirment le réel.
Voilà l'oeuvre, on s'y baigne, on s'y trouble.
David LEMARESQUIER projette et cette construction d'images, en noir et blanc, méritait bien son rouge titre, comme un blanc-seing confié par l'ami, ce "Quelque chose" que défie l'âme, précisément.


                                                                              Alain LEYLAVERGNE


Des extraits à lire, à voir, ici ou


* Chèque à l'ordre de l'Association Les tas de mots
27, rue de la Fosse-Frandemiche
14330 Le Molay Littry

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire