vendredi 7 mars 2014

Du lu ailleurs VII

Les femmes
Ont toujours l'haleine fraîche
Elles ne se grattent jamais
Ostensiblement
Le dos
Le ventre
Ou l'entrejambe
Une femme
C'est toujours
Impeccablement habillé
Elle n'essuie pas sa bouche
D'un revers de manche
Elle ne rit pas
A s'en faire péter
La sous ventrière
Elle ne raconte pas des blagues salaces
Elle ne jure pas comme un charretier
Quand elle s'en prend
Aux autres automobilistes

Moi
Honnêtement
Je crois
Que je n'aurai jamais pu
Etre
Une femme

                                        Salvatore Sanfilippo - revue Microbe n°82




Dérive

Compter, je sais le faire spontanément
mais il suffit que je m'attarde
sur le pourquoi des chiffres pour
que l'ordre se bouleverse et que ma vie
cesse son long cours.
A ce nouveau rythme interne qui me contraint
à une autre logique du jour et de sa fin,
j'ajoute le sentiment de n'être guère plus
qu'un bâton dans le courant des eaux souterraines.

                                   Fabrice Farre - Traction-Brabant n°55




Le poème de Paris mes amis

                                     A ceux que je n'ai pas nommés ici


Qu'on me dise Paris
Et j'entends mes amis
Qu'on me dise Paris
Et c'est ma vie qui tremble
Comme une île citadine
Au bord des horizons
Tous ceux que j'ai suivis
Et perdus dans la vie
Amers de mes amis
Vers qui vont mes pensées
Apparus quittés retrouvés inventés
A jamais attachés au port de mes pensées
Morts parfois encore et plus présents que je sais
Que je sais circulant là
Dans les rues et les bruits
Qu'on me dise paris
Et chantent mes amis
Dans la tempête de mes pensées
Etales et le larmier du bonheur
De vos prénoms vous inconnus
Vos visages disparus
A moi reviennent de loin en loin
Mais violents comme un coup de foudre
Vous vivez d'un côté et je tangue par là
Et parce que vous vivez
Ma vie peut caboter dans les criques
Du désir et les baies de l'oubli
Les baisers du présent les paroles piratées
Me sais dans vos pensées et vous
Vivez les miennes
Ainsi va la magie
Des anciennes rencontres
Nostalgie pas regret au contraire riche
Oui ! riche comme d'avoir posé
Dans sa boîte à secrets
Une petite pierre trouvée au bord de la flânerie
Voilà ce que je suis
Voilà ce que vous m'êtes
Conservée depuis avant l'avoir trouvée
Depuis avant qu'on me dise Paris
Et la prendre dans le creux de ma main
De mon regard
Comme une ville
A l'instant d'atterrir
Et déjà gigantesque vue du ciel
Oui c'est de là que j'aime
Vos prénoms vos sourires
A Paris qu'on me dise
Mes amis quand on me dit Paris

                               Yves-Jacques Bouin - revue Paysages écrits n°20



                  L'ouvrier pulvérisé

   Cogne

   l'air,
                l'eau,

                               la pierre,

jamais enclume

         n'avait vu marteau si têtu,

   si solide,

                                   jamais corps n'avait connu

une telle envie furieuse,

                                                              cogne l'air,

                                  l'eau,

la pierre,
                                                le mur


                                 LE VIDE.

                                                               mais

                                                                            COGNE !



                                    Roland Dauxois - revue Verso n°155