Alain LEYLAVERGNE, chaque mot s'écrie






Il s'engage en écriture à chacun de ses mots. Pour lui c'est d'abord une conviction, une certitude, LE VERBE est au début de toute chose. Alors il écrit à tout bout de chance pour l'amour, la paix, la rencontre. Poème, nouvelles, romans. 
Les  éditions "Les tas de mots" publient trois de ses nouvelles du monde, dans un recueil, "La mer qui fut" :



La mer qui fut - 56 pages - 2011



Philippe Simon, son ami, journaliste à Ouest-France, a préfacé cet ouvrage :

"Là où l'homme se révèle
Mais nous, nous sommes hantés par le bonheur côtier", écrit Alain Leylavergne dans l'une des nouvelles ici rassemblées.
Mais que signifie cette phrase  ? Est-elle l'aveu d'une résignation ? Le manifeste d'un combat quotidien pour rompre le cercle indien ?
Pour connaître un peu Alain Leylavergne, s'il est possible de connaître jamais un être humain, je pencherais pour le manifeste. Ces mots expliquent son engagement d'homme qui veut dépasser l'horizon en général, et ses propres horizons en particulier. Il a vécu sa vie, ici, ailleurs, plus loin. Il s'est promené sur la carte du monde, en vrai, en songe, en littérature... Il a exploré des recoins de l'âme et des éblouissements du coeur. Toujours en haute mer. Il a rapporté des images, des entrechocs de cultures et de mots, des histoires qu'il conte avec la bonté de ceux qui partagent les arrachements et les promesses des cassures... C'est précisément dans ces interstices que nous sommes invités à nous glisser, là où l'homme se révèle aux autres, comme à lui-même."


Pour commander cet ouvrage :

Editions Les Tas de mots
27, rue de la Fosse-Frandemiche
14330 Le Molay-Littry

(chèque de 10 euros + 2 euros de frais de port à l'ordre de l'Association Les Tas de mots)